Réunions 2010





Troubles du rythme . 15 décembre 2010 DDS.

Expert : Dr Eric Dubart, cardiologue urgentiste, service des urgences de  Béthunes

Groupe de travail : Le CH référent , chargé de l'organisation, Lons le Saunier;
Le groupe coordinateur est composé d'infirmiers, et de Médecins:  Anne-Françoise Baron (Besançon),  Caroline Peugeot (Besançon), , Stephanie Darcot (Lons), groupe animé par Yves Duffait (Lons);
présentation du Dr Dubart.
présentation du Dr Dubart

Tri aux urgences. Premier décembre 2010 

Expert : Dr Taboulet, hôpital Saint Louis, Paris

Groupe de travail : Le CH référent , chargé de l'organisation, Besançon;
groupe animé par Estelle de Villepoix.

La CIMU

présentation, apprentissage, évaluation en ligne sur le site Triage-Urgence de l'hôpital Saint Louis.



Accidents hémorragiques sous AVK aux urgences. 18 novembre 2010 DDS.

Experts : Dr Eric Dubart, cardiologue urgentiste, service des urgences de  Béthunes
Dr Thibaut Desmettre, service des urgences/SAMU25

Risque Chimique "du risque militaire au risque civil"  -mercredi 19 mai 2010: soirée d'exception à la citadelle

        en partenariat avec
       
  • Association Régionale de l' Institut des Hautes Etudes de la défense nationale de Franche Comté (AR -IHEDN Franche Comté)       
  • Association des personnels de Santé Sapeurs-pompiers du Doubs       
  • Club des Urgentistes Bisontins
Invité d'honneur : Dr Lucien Bodson - CHU Liège (Belgique)

Citadelle de Besançon - le 19 mai 2010 - (Chapelle de la Citadelle)


    Réunion organisée avec le soutien des  laboratoires Prevor , Merck Serono, Utilis, Masimo, Coreadis, Silvert Medical

    Groupe coordonnateur :  Laurette PILLER; Philippe PAULIN; Jean-Marc LABOUREY;  Jean-Pascal GIOCANTI;  Gabriel HAMADI , Christophe LAMBERT ; Jean Luc FORTIN.
    Organisation :  Jean Luc FORTIN.  (fortin.jeanluc@wanadoo.fr)
enquête de pratique
                      (Dr Labourey J.M. - Responsable du Centre de Régulation Médicale - Samu 25)
  
résultats du questionnaire
    Les organophosphorés:  Du risque militaire au risque civil
                      (Dr Lambert C. - Responsable NRBC - CHU J Minjoz - Samu 25/ Sdis 25)
       
Organophosphorés, présentation.
Les agents cyanés :  ( Dr Fortin J.L.- Praticien Hospitalier Samu 25 / Médecin Lt-Colonel Sdis 25)
Agents cyannés
L'ypérite représente t'elle encore un risque aujourd'hui ?  ( Dr Giocanti J.P.- Responsable des plans de secours - Samu 25)
Ypérite
Les brûlures chimiques et l'emploi de la diphotérine  ( Dr Bodson L.- CHU Liège - Belgique)
Brulûres chimiques et difotérine.
Retour d'expérience de l'accident de l'A 36    ( Dr Paulin P. - Adjoint au Médecin-Chef du Sdis 25 / Cne Friedig S. - Risques Chimiques - Sdis 25)
retour d'expérience, accident autoroute A36
Bibliographie
1. O. Lepick    Les Armes chimiques    Presse Universitaire de France - Collection Que sais je ? Edition Août 1999
2. C. Renard, J.L. Fortin, F. Baud    Terrorisme chimique et cyanures    Menace terroriste - Approche médicale.    Editions John Libbey Eurotext 2005
3. C. Renaudeau    Les aggressifs chimiques de guerre    Menace terroriste - Approche médicale.    Editions John Libbey Eurotext 2005
4. G. Lallement, M. Ruttimann, F. Dorandeu    Les neurotoxiques organophosphorés    Menace terroriste - Approche médicale.    Editions John Libbey Eurotext 2005
5. A. Terril    Chemical weapons in the Gulf War    Strategic Review 1986 - p13
6. A. Lacoste et col.  Identification des agents chimiques à la suite d'un attentat  Urgence pratique 2004, n°66, p39-41
7. DT. Lawrence and all    Chemical Terrorism attacks; Update on antidotes    Emergency clinics of North America 25 (2007), 567-595
8. Y. Tokuda, M. Kikuchi, O. Tokahashi, G.H. Stein    Prehospital management of sarin nerve gas terrorism in urban setting : 10 years of progres after Tokyo subway sarin attacks    Resuscitation (2006) , 68, 193 - 202
9. J.L. Fortin, F. dorandeu, E. Gentilhomme, C. Reanrd, G. Lallement, H. lebever, H. Carsin    Les agents chimiques vésicants: Point de situation - Prise en charge médicale des victimes    Urgence pratique 2003, n°58, p35-p38
10. J.L Fortin, F. Dorandeu, E. Gentilhomme, C. Renard, H. Lebever, H. carsin, G. Lallement    Les toxiques chimiques vésicants - Prise en charge médicale des victimes    Urgence pratique, 2003, n°58, p35 - p38

"environnement industriel en Franche-Comté, 2003"
"circulaire relative à la doctrine nationale d'emploi des moyens de secours et de soins face à une action terroriste mettant en oeuvre des matières chimiques" (dite "circulaire 700") et ses "annexes"

Prise en charge pré-hospitalière des noyades et accidents de plongée, 23 mars 2010,  DDS

Experts : Dr Mathieu Coulange, HOPITAL SALVATOR,  SECTEUR D' HYPERBARIE, Marseille.

Pr Gilles Capellier, Besançon, DU médecine hyperbare.

Coordination : Dr Jean-Luc Fortin
Groupe de travail : Dr Caroline Peugeot-Mortier; Gaëlle Marillier ; Dr Antoine Elisseeff ;  Dr Philippe Paulin ; Dr Henri-Paul Vinit.


Présentation de l'enquête de pratique
enquête de pratique
Pr Gilles Capellier  : mise au point épidémiologique, physiopathologique, et thérapeutique des accidents par noyades.  Points marquants  :

"                Présentation de cas de survie sans séquelles de noyés  en eau froide réanimées tardivement. La planche à masser est indiquée pour le transfert de ces patients.
"                la VNI peut-être initialement envisagée chez l'hypoxique.
"                Vidange gastrique, remplissages et réchauffement maîtrisé sont nécessaires précocement. Le volume d'eau intra-pulmonaire qui provoque la noyade est relativement faible. les corps étrangers contenus dans l'eau de noyade sont responsables d'atélectasie.
"                Perspectives d'avenir : arbre décisionnel permettant de ne pas garder au-delà de quelques heures certains patients victimes d'aquastress.

Dr Mathieu Coulange, HOPITAL SALVATOR,  SECTEUR D' HYPERBARIE, Marseille.  Les progrès dans les accidents de plongées sont dus à la précocité des  mesures simples sur le terrain : hydratation, réchauffage, aspirine, oxygénothérapie, RCP de base et spécialisée.                Les accidents classiques comprennent : accidents de décompression, de surpression, noyade mais aussi l' accident hyperoxique, la narcose, l'œdème pulmonaire d'immersion… Certaines  plongées "spéciales", à l'hélium, à  mélanges enrichis , ou en spéléologie peuvent surprendre l'urgentiste. 6  messages essentiels :
1.                Une plongée dans les règles ne met pas à l 'abri d'un accident.
2.                Symptomatologie variée, d'évolution imprévisible, souvent faussement rassurante.
3.                Absence de corrélation entre la manifestation clinique et la gravité potentielle.
4.                Eliminer un pneumothorax avant toute recompression.
5.                En cas de thérapeutique hyperbare, le délai de recompression doit être < 3 heures voire 90 min.
6.                Rechercher une décompensation d'une pathologie sous jacente.
Présentation du Dr Coulange
________________________________________________________________________________________



Webmaster : cfcmu@hotmail.frEn cas d'urgence, faites le 15, le 18 ou le 112Dernière mise à jour: lundi 13 novembre 2017